mardi 17 mai 2016

Les Mosos, une minorité matriarcale - Yunnan - Chine

Au Yunnan vivent 26 ethnies, ils disent minorités ici. Dans la région du Lac Lugu, vivent, entre autres, les Mosos. Ils ne sont plus que 320.000, dont 40.000 dans la région du lac.

Grâce a notre guide Bruce, copain de la famille, nous avons eu la chance d'être reçues par une fratrie de cette ethnie si singulière.
Derrière d'imposantes portes à la chinoise, au delà de murs d'enceinte un peu hostiles, nous voilà accueillis par Sénodudja, femme Moso.


Welcome Home!
... en fait elle ne parle que le Moso
^_^


...  et nous pénétrons dans un autre monde, car le peuple Moso est l'une des minorités les plus uniques au monde. Elle pratique le matriarcat. Si durant les années Mao, cette originalité a eu la vie dure, elle est revenue en force dès que la répression a cessé.


elle nous invite à la suivre


Dans la culture Moso, le lignage se fait par la mère, et du côté de la mère seulement. 
Les femmes choisissent le père de leur enfant, lequel vivra avec sa maman toute sa vie, laquelle veillera sur son bien être, sa vie, son éducation etc. Il y a une liberté amoureuse et sexuelle totale. A la nuit tombée, l'amant rejoint sa compagne d'une nuit, qu'il quittera avant la levée du jour. On parle joliment de mariage furtif ou de walking mariage. Le père n'a aucun droit sur son enfant, souvent il ne sait pas qu'il est père. Quant à Madame, elle peut changer de père pour l'enfant prochain, aucun lien ne l'engage sur la durée, il n'y a pas de mariage chez les Mosos. 

Nous sommes invités à entrer dans la pièce de réception, Bruce aide un des fils de la maison, à faire un feu... Yummi, il nous prépare un délicieux thé au beurre salé de yak, un délice "((


un foyer au milieu d'une pièce tout en bois,
devant un autel 
on s'avale d'abord un peu de farine d'orge,
pardessus, une lampée de thé salé au beurre...
j'aime autant un bon Pu'er tea


... et le monsieur, là, qui se tient un peu en retrait, dans la belle alcove en bois de cette demeure Mosuo, Cékiiii???

bel intérieur!


... avec sa bonne bouille, ben évidemment c'est le frère de Sénodudja.
Car on vit entre frères et soeurs toute la vie. Dans chaque famille, une soeur et un frère sont choisis comme chef de fratrie.  Lorsque une fille a un enfant, il vit avec sa maman, ses frères et soeurs, ses oncles et tantes, et grand'mère mais jamais ni avec le papa, ni le grand'père. Les enfants des fils restant vivre avec leur maman, seuls les descendants des filles vivent là. Il est bien sûr vital pour perpétuer le cercle familial, que les femmes aient des filles... ce qui nous change bien de la tradition chinoise.
Mais les hommes ont aussi leur rôle. Ce sont les oncles qui ont l'autorité mâle sur les gamins de leurs soeurs. Ils ont aussi le pouvoir politique, ils dirigent la communauté, ce sont eux aussi qui s'occupent du bétail et des travaux difficiles, les femmes s'occupant de la maison et de la cuisine of course, mais aussi du bois pour le feu et autrefois du tissage.

frères et soeurs vivent ensemble

Notre concept de famille est un peu bousculé par cette rencontre, c'est sûr.... 

... et notre bonne Sénodudja un peu en retrait au début de notre visite, qui continuait à vaquer à ses obligations, c'est elle qui tient la maison, se lâche...

hachette à la main, elle fait le p'tit bois


... devient de plus en plus friendly, oui, j'ai 73 ans, 4 enfants, mes p'tits enfants sont à la capitale, Kunming of course, celle du Yunnan!



... et pose telle une Rock'Star devant la porte,

fière devant sa porte!



... et oh privilège suprême, nous invite fièrement à entrer dans la réserve, le garde-manger familial. Là, des porcs sont posés à plat sur des étagères, désossés, éviscérés, séchés entiers, une dizaine de cochons attendent de servir ripaille, y'a de quoi tenir un siège... !

Mes cochons séchés!
impressionnants!


Toutes bonnes choses ayant une fin, après les rires, les claques dans le dos, les séances photos, il est temps de se dire adieu...


Sénodudja, femme Moso!


Bien sûr les esprits grincheux diront que le mode de vie des Mosuos est dévié, que certains viennent vivre dans ces coin reculés de Chine pour profiter de ce mode de vie ancestral pour profiter des jeunes filles Mosos, juste le temps d'une nuit... 

Ne gardons de cette rencontre, que celle avec une minorité amicale, généreuse, aux habitudes qui malmènent un peu les nôtres, des moments que l'on oublie pas! 
Amissi* Sénodudja! 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

N'hésitez pas à laisser un commentaire!